Grèce : les tensions liées à la nouvelle loi travail inquiètent les professionnels du tourisme

Des enseignants mobilisés dans le cadre de la grève générale de 24 heures, scandant des slogans. Louisa GOULIAMAKI / AFP

Des enseignants mobilisés dans le cadre de la grève générale de 24 heures, scandant des slogans. Louisa GOULIAMAKI / AFP

Rebelote dans les rues d'Athènes, avec de nouvelles manifestations qui se déroulent ce mercredi 16 juin au sein de la capitale. Celles-ci ont lieu en marge de la deuxième relecture de la loi travail . Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotaki fait face à la contestation des syndicats et des partis de l'opposition, vent debout face aux propositions mises en avant par le gouvernement. Le parti d'extrême gauche Syriza l'assimile à une «», faisant régresser la Grèce vers le «».

La loi travail prônée par l'exécutif vise à réformer un système que le gouvernement considère comme obsolète et inadapté. Le premier ministre a déclaré que la réforme était «», tout en s'alignant sur les normes européennes. Par ailleurs, elle apporterait de la «» aux processus syndicaux. Ses détracteurs, et notamment le secrétaire général du parti communiste Dimitris Koutsoumbas le voit d'un autre œil, l'accusant de légaliser une sorte de «» sur le lieu de travail où les employés seront «».

Concrètement , cette loi travail vise à s'adapter aux récentes évolutions qui redessinent le monde du travail et de rendre le pays plus compétitif. Parmi les articles phares de cette proposition, on...

Explorez...

Ajouter un commentaire