Les Grecs vendent leurs pièces d'or pour boucler les fins de mois

Des retraités manifestent contre la diminution des retraites, à Athènes le 4 avril. Crédits photo : Alkis Konstantinidis/REUTERS

Des retraités manifestent contre la diminution des retraites, à Athènes le 4 avril. Crédits photo : Alkis Konstantinidis/REUTERS

Il y a quelques jours, Kostas Papadimitriou a vendu ses dernières livres sterling en or dans une agence de la Banque du Pirée, habilitée elle-même par la Banque de Grèce à procéder à ce genre de transaction. Cette démarche, anecdotique en apparence, est pesante à tous les sens du terme pour cet homme de 68 ans. Et pour cause, à l'image des louis d'or, les livres britanniques en or sont, à double titre, considérées comme une poire pour la soif et une valeur sécuritaire, culturelle et affective. «On les transmet à nos enfants et petits-enfants à chaque mariage, baptême ou moments forts d'une vie. Moi-même, je les ai héritées de mon père et de mes tantes après la Seconde Guerre mondiale. C'était tout leur patrimoine», confie avec amertume ce retraité de la fonction publique.

«La vente des livres d'or est une manière de casser leur épargne, parce qu'ils ne peuvent pas vendre leurs maisons, compte tenu de la chute brutale des prix du marché de l'immobilier»

Ghikas Hardouvelis, professeur d'économie bancaire ...

Explorez...
Personnes: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...