Pourquoi le scénario grec n'est pas d'actualité en France

Alexis Tsipras, entouré de Jean-Luc Mélenchon et de Pierre Laurent. Crédits photo : PIERRE ANDRIEU/AFP

Alexis Tsipras, entouré de Jean-Luc Mélenchon et de Pierre Laurent. Crédits photo : PIERRE ANDRIEU/AFP

Les politiques se bousculaient, lundi matin, pour commenter la victoire de Syriza en Grèce. N'hésitant pas à anticiper les conséquences de la victoire d'un front anti-austérité sur les scènes politiques européenne et française. Pour Cécile Duflot, «il est l'heure d'une alternance européenne». «On peut penser que par un effet de dominos, l'Europe peut être refondée, réorganisée de manière complétement différente», renchérit Jean-Luc Mélenchon, soutien historique d'Alexis Tsipras. Il assure qu'«un espace est en train de se dessiner» en France pour une coalition alliant le Front de gauche et les écologistes, sur le modèle de Syriza. Pouvoir affaibli, euroscepticisme galopant, ras-le-bol fiscal? La «gifle» grecque peut-elle se répéter à l'identique en France? Pas si sûr.

» La France n'a pas connu la crise grecque

La France n'est pas la Grèce: le gouvernement français ne pratique pas l'austérité comme a pu le faire son homologue grec depuis 2010. Même si certains Français, qui ont vu leur pouvoir d'achat diminuer, n'ont pas la même impression. En Grèce, le nombre de fonctionnaires a été réduit de 200.000 durant les quatre dernières années, là où il...

Explorez...

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...