Syriza, Podemos... la bourrasque venue du Sud de l'Europe

Un spectre hante l'Europe? A entendre les mises en garde de nombre de capitales de l'Union européenne face à l'émergence des mouvements de la gauche radicale en Grèce et en Espagne, la célèbre première phrase du Manifeste communiste semble retrouver son actualité. Syriza caracole en tête des sondages pour les législatives anticipées du 25 janvier (lire ci-contre). Podemos serait aussi, dans les intentions de vote, la première force politique espagnole pour le scrutin de novembre (lire page 4). D'où une inquiétude croissante à Bruxelles et surtout à Berlin où, selon Der Spiegel, la chancellerie «juge quasiment inévitable une sortie de la Grèce de la zone euro» si le nouveau gouvernement «abandonne la ligne de rigueur budgétaire». D'autres de souligner une possible contagion. «Le risque, cette fois, n'est pas économique mais politique», note un éditorial de La Repubblica, le quotidien de centre gauche italien qui soutient la politique réformiste de Matteo Renzi.

«Oppression». Face aux populismes d'extrême droite anti-immigrés et anti-euro du nord du continent, qui prospèrent sur le...

Explorez...
Personnes: 
Région: 

Ajouter un commentaire

Ça pourrait aussi vous intéresser...