Le Louvre doit-il rendre la Vénus de Milo à l’île grecque d'où elle a été enlevée il y a 200 ans ?

La Vénus de Milo est parmi les principales attractions du musée du Louvre

Le maire de l’île de Milos vient de lancer une campagne internationale en ligne pour que, à l’occasion du bicentenaire de la découverte de la Vénus, le Louvre restitue à son île la célèbre statue qui fait la fierté du musée parisien. La statue de la belle Aphrodite a été trouvée en 1820 par un paysan dans un champ de l’île de Milos dans les Cyclades - à l'époque encore sous occupation turc-ottomane -, puis achetée par les officiers de la Marine française pour 400 kuruş dans des conditions pas très claires (1 kuruş = 1/100e de la livre turque ancienne qui, elle, vaut 1 millionième de la livre actuelle, soit, pour la Vénus, un montant de 0,0001196 euros au prix actuel de la livre turque, quoique, pour l’époque, c’était un montant équivalent à un an de salaire moyen).

Oui, Vénus doit rentrer chez elle !
72% (1144 votes)
Non, elle doit rester au Louvre
25% (400 votes)
Je ne sais pas
4% (56 votes)
Total des votes : 1600

Sondage réalisé du 16 juin 2017 au 16 juin 2017. Actuellement fermé.

Commentaires

Photo de Eon

For the come back.

Il me semble tout à fait normal que la Grèce retrouve cette statue qui appartient de plein droit à son peuple. J'ose espérer qu'Elle obtiendra satisfaction.

Certainement pas: ou alors il faudra également demander à la Grande-Bretagne de rendre les frises du Parthénon et à nombre d'autres musées de la planète de rendre les trésors qu'ils ont mis à l'abri de l'ignorance et de la cupidité des indigènes.

Photo de Prontos

Je préfère voir la statue au Louvre
Le passé est loin derrière.
Si Jamais , elle quitte le Louvre
Je crains le pire. Sur le plan de la sécurité bien sur.
Qui ne voudrait pas que les marbres du Parthenon à Londres reviennent en Grèce
Des millions de visiteurs pour Aphrodite, c'est tout simplement génial.
A Milo, elle va perdre sa splendeur
Vive la Grèce Vive la France

A ce compte on viderait tous les musées du monde.
Et pourquoi pas déplacer Sainte-Sophie depuis Istambul?
Au moment de sa découverte et de son ACHAT, en 1820, l'île de Milos relevait de l'empire ottoman. La statue devait initialement être livrée à Constantinople.
Si la Porte d'Ishtar qui se trouve au musée de Pergame à Berlin avait été restituée à l'Irak, il n'en demeurerait plus rien après tous les pillages et les guerres. On pourrait multiplier les exemples du Cambodge à Palmyre, en se passant par les dégâts de la révolution culturelle en Chine qui a détruit nombre d'oeuvres majeures, y compris au Tibet.
A visiter la Grèce, on découvre le réemploi de structures architecturales dans des monuments ou bâtiments ultérieurs. Les temples et statues antiques ont été abondamment détruits par le christianisme grec des premiers siècles. L'iconoclasme est le fait des grecs eux-mêmes.
Sans évoquer les milliers de manuscrits précieux des monastères grecs utilisés pour faire des cartouches par les patriotes hellènes pendant les luttes de libération en Grèce et en Crête.
On ne refait pas l'histoire, on l'assume.

Photo de Xavier KLEIN

Oui, comme par exemple Alexandre le Grand lors de la conquête de l'empire perse ou Périclès qui a détourné le trésor de la Ligue de Délos pour construire le Parthenon.
Ou bien les pillages et destructions de masses lors des invasions barbares (le sac d'Athènes puis de Rome par Alaric), huniques ou mongoles (ce n'étaient pourtant pas des grandes puissances au sens ou on l'entend aujourd'hui!).
A un moment ou un autre on est toujours l'impuissant d'un puissant de ce monde...

Ajouter un commentaire

Articles similaires