Vladimir Poutine

A propos de Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

Vladimir Vladimirovitch Poutine (en russe : Влади́мир Влади́мирович Пу́тин [vɫɐˈdʲimʲɪr vɫɐˈdʲimʲɪrəvʲɪt͡ɕ ˈputʲɪn] ), né le 7 octobre 1952 à Léningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg), est un homme d'État russe. Il est président du gouvernement de 1999 à 2000 et de 2008 à 2012, et président de la Fédération de Russie, par intérim de 1999 à 2000, puis de plein exercice de 2000 à 2008 et depuis 2012.

Officier du KGB, principal service de renseignement de l'URSS post-stalinienne, en poste à Berlin au moment de la chute du mur, il commence sa carrière politique à la mairie de Saint-Pétersbourg, puis devient l'un des plus proches conseillers du président Boris Eltsine, qui fera de lui le directeur du Service fédéral de sécurité en 1998, puis le président du gouvernement de la Russie l'année suivante.

À partir du 31 décembre 1999, à la suite de la démission d'Eltsine, il assure les fonctions de président de la Fédération de Russie par intérim. Il devient président de plein exercice le 7 mai 2000, après avoir remporté l'élection présidentielle au premier tour. Confortablement réélu en 2004, il mène une grande politique de réformes marquée par un redressement de l'économie nationale et une politique institutionnelle tournée vers une concentration des pouvoirs présidentiels.

En 2008, la Constitution lui interdisant de concourir pour un troisième mandat consécutif, il soutient la candidature de Dmitri Medvedev à la présidence. Une fois élu, ce dernier le nomme président du gouvernement. Dans la foulée, Vladimir Poutine prend la direction du parti Russie unie. Fréquemment accusé d'autoritarisme dans son mode de gouvernement, il est pour la première fois significativement contesté à la suite des élections législatives de 2011.

Candidat à l'élection présidentielle de 2012 avec le soutien du président Medvedev, il l'emporte au premier tour et retrouve la fonction de président de la Fédération de Russie pour un mandat allongé de deux ans en vertu d'un amendement adopté en 2008. Au cours de cette période, il s'efforce de restaurer l'influence russe sur la scène internationale. D'une part, dans le cadre de la guerre du Donbass, à la suite d'un référendum contesté, il permet le rattachement de la péninsule de Crimée à la Russie, ce qui lui vaut des accusations de violation du droit international. D'autre part, il implique militairement la Russie dans la guerre civile syrienne, en soutien à Bachar el-Assad.

Il brigue un nouveau mandat lors de l'élection présidentielle de 2018, qu'il remporte dès le premier tour avec un score jamais atteint par un candidat lors d'un scrutin présidentiel de l'après-communisme (76,7 %).

Lire plus dans https://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Poutine

Contenus relatifs à Vladimir Poutine

Tsipras se félicite du retour des investisseurs en Grèce

Pour le premier ministre grec AlexisTsipras, la Grèce commence à aller mieux et les investisseurs, notamment Français, arrivent. (Crédits : Costas Baltas)

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a affirmé samedi soir que la situation économique de son pays avait changé, passant du "Grexit au Grinvest",  et que la Grèce attirait à présent les investisseurs étrangers.

Quand les confidences de François Hollande déstabilisent Alexis Tsipras...

Alexis Tsipras, lors du congrès de son parti, Syriza, le 13 octobre à Athènes. Crédits photo : Petros Giannakouris/AP

L'«affaire Hollande», comme l'appellent déjà les analystes, submerge la totalité des médias, de la presse la plus généraliste à la plus spécialisée. Le titre de une est récurrent, comme pour l'ouverture des journaux télévisés, les débats à la radio ou encore sur les réseaux sociaux.

Athènes dément des extraits du livre de Hollande

Alexis Tsipras. Image: AFP

Dans le livre de publié jeudi, «Un président ne devrait pas dire ça», le dirigeant français affirme que son homologue russe l'avait appelé au téléphone au lendemain du référendum du 5 juillet 2015 en Grèce - rejetant un plan de sauvetage de la zone euro - pour lui confier qu'Athènes avait demand

Poutine se rend sur le mont Athos, haut lieu orthodoxe

La visite de deux jours en Grèce de Vladimir Poutine avait également une dimension religieuse. Image: Keystone

Vladimir Poutine a achevé samedi sa visite de deux jours en Grèce en se rendant au mont Athos, un des hauts lieux de la religion orthodoxe. Le président russe a souligné le «rôle particulièrement important» de cette communauté pour les fidèles russes.

La BCE fait son possible pour ne pas provoquer elle-même un Grexit

Mario Draghi, président de la BCE. Crédits photo : 64297960/Imago / Panoramic

Alexis Tsipras s'est entretenu lundi matin par téléphone avec Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), et le président russe Vladimir Poutine, ont fait savoir à l'AFP des sources gouvernementales grecques.

Grèce : que veut la Russie ?

Vladimir Poutine et Alexis Tsipras lors du forum économique de Saint-Pétersbourg en juin dernier. (OLGA MALTSEVA / AFP)

Vladimir Poutine se tait. Sans doute soucieux de ne pas apparaitre comme s'ingérant grossièrement dans les affaires intérieures de l'Union européenne (UE), - ce qui pourrait être contreproductif -, le Kremlin n'a pas dit ce qu'il pensait du referendum du dimanche 5 juillet en Grèce.

Poutine et Tsipras, l'axe orthodoxe de coopération

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le président russe Vladimir Poutine se sont rencontré hier à Moscou pour mettre en route des projets de coopération.La Grèce n'a cependant pas demandé d'aide financière à la Russie. Image: ALEXANDER ZEMLIANICHENKO/AFP

Tout sourire et plein d'enthousiasme pour leurs projets de coopération, Vladimir Poutine et Alexis Tsipras ont peiné hier à concrétiser leur nouvelle solidarité orthodoxe russo-grecque.

À Moscou, Tsipras défend sa libre parole

Alexis Tsipras et Vladimir Poutine, mercredi à Moscou. Crédits photo : POOL/REUTERS

Membre de l'Union européenne, la Grèce est aussi un «pays souverain». C'est le leitmotiv qu'a martelé le premier ministre grec, Alexis Tsipras, en visite à Moscou, mercredi. Un exercice d'équilibre sémantique qui pourrait suffire à rassurer Bruxelles tout en réjouissant Moscou.

Pages