comment devenir pauvres?

6 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
profil sans photo

A regarder sans modération .La vraie économie de base est celle de l'emploi. Pas celle de la spéculation qui sème cupidité ,avidité et guerres.L' histoire n'est qu' un éternel recommencement.Bonne journée à tous et à toutes:)

profil sans photo
Re:re comment devenir pauvres?

http://youtu.be/PmJcl-qdyo0 ,oups j'avais oublié le lien :) comme ça c'est fait

profil sans photo
Voici la recette du bonheur selon Albert Einstein

"une vie tranquille et modeste apporte plus de joie que la recherche du succès qui implique une agitation permanente".

http://www.lalibre.be/light/societe/voic...

profil sans photo
regarde hein l'ami !

En Grèce, on se pose toujours la question !

Yiannis Kotsiras " Κοίτα Ρε Φίλε !" "regarde hein l'ami !" (2017)

https://www.youtube.com/watch?v=GNN5HP3c0a0

profil sans photo
les péchés capitaux et le capitalisme

Dans un essai éclairant, le philosophe Christian Godin décode notre époque à travers la manière dont celle-ci appréhende ce qui était jadis péché. Et montre comment le libéralisme capitaliste réhabilite l’avarice, l’envie ou l’orgueil parce qu’il en a besoin pour se développer. 

L’avarice et l’envie, valeurs favorables à la machine économique ( Le Temps )

Globalement, Christian Godin voit une double évolution dans la réinterprétation moderne des péchés. Premièrement, il diagnostique un mouvement général de réhabilitation, dans la mesure où ils vont bien avec le libéralisme capitaliste de notre époque. Ainsi, par exemple, l’avidité et la cupidité, qui sont des dimensions de l’avarice, «sont cultivées comme jamais car elles constituent des dynamiques psychiques éminemment favorables à l’entretien de la machinerie techno-économique actuelle». De même, «l’envie a été requalifiée par l’éthique du capitalisme qui en a un besoin vital pour se développer. Sous la forme de l’émulation, de la rivalité et de la concurrence […] l’envie passe pour une vertu.»

profil sans photo
comment devenir pauvre ou le rester ?

Joseph Stiglitz (Prix Nobel de l'Economie) reconnait que les dés sont déjà pipés à l'avance ET que nous sommes souvent prédestinés en fonction du statut social des parents. Comme on ne choisit pas sa famille ? 

Ça pourrait aussi vous intéresser...