Protocole de Londres de 1830

Catégorie: 
Prince Léopold de Saxe-Cobourg
Prince Léopold de Saxe-Cobourg

Le Protocole de Londres signé le 3 février 1830 par les représentants des Grandes Puissances (la Grande-Bretagne, la France et la Russie) est le premier acte international reconnaissant l'indépendance grecque et la fondation d'un nouvel Etat grec, après que les Grecs révoltés eurent autoproclamé leur indépendence le 25 mars 1821.

Le Protocole de Londres est la conséquence directe de la destruction de la flotte ottomane et égyptienne au port de Navarin, trois ans plus tôt. Le 20 Octobre 1827, la coalition anglo-franco-russe détruit la flotte turco-égyptienne d'Ibrahim Pasha au large du port grec de Navarin, dans le Péloponnèse. Dans les mois qui précédèrent, les Grandes Puissances (France, Grande-Bretagne et Russie) avaient tenté en vain de convaincre le sultan de l'Empire ottoman d'accepter la création d'un Etat grec. Le refus du Sultan d'accepter les termes du traité de Londres du 6 Juillet 1827, qui entre autres a été la pierre angulaire de l'indépendance grecque, a entraîné le retrait des trois ambassadeurs de Constantinople à la fin de 1827.

Sans faire mention des frontières, le traité prévoyait l'établissement de relations économiques avec la Grèce et la nomination de consuls. Après la défaite à Navarin, et alors que la Porte doit gérer en même temps les conséquences de la guerre russo-turque, le contact est rétabli entre les Grandes Puissances et le sultan lors des conférences de Poros, en octobre-décembre 1828, puis à Londres. Un premier protocole est signé, le 22 Mars 1829, suivi du Traité d'Andrinople le 14 Septembre 1829 ; des pourparlers qui ont finalement abouti à la signature des trois textes connus sous le nom de Protocole de Londres de 1830.

Le premier texte déclare l'indépendance de la Grèce, dans le cadre d'une monarchie, et détermine les frontières du pays, le deuxième concerne le choix du Prince Léopold de Saxe-Cobourg comme Prince souverain de la Grèce et le troisième, élaboré à la demande de la France, établi la tolérance religieuse, et conserve tous les privilèges de l'Église latine dont celle-ci jouissait jusqu'ici dans l'ex-provinces ottomanes et qui passaient maintenant sous la souveraineté de l'État grec indépendant.

Villes: 
Total de votes : 0