Léthé, la nymphe et le fleuve de l'Oubli

Catégorie: 
The Waters of Lethe by the Plains of Elysium, John Roddam Spencer Stanhope, 1880, Manchester City Galleries
The Waters of Lethe by the Plains of Elysium, John Roddam Spencer Stanhope, 1880, Manchester City Galleries
« The Waters of Lethe », Thomas Benjamin Kennington, 1890

Léthé avait été l'une des Naïades, nymphes des eaux douces, fille d'Éris (la Discorde) ; elle personnifiait l'oubli et aussi l'ingratitude, si on pense que la seconde est souvent une conséquence de la première. Elle était aussi la mère des Trois Grâces, mais ici les différentes sources ne sont pas d'accord. Les anciens croyaient aussi qu’elle était la sœur la Mort et du Sommeil.

Léthé a donné son nom à l'un des cinq fleuves du monde souterrain d’Hadès, dans les eaux duquel les morts plongeaient pour oublier leur vie terrestre. Dans l’autre sens, Platon écrit que ceux qui étaient appelés à renaître s’immergeaient dans le fleuve Léthé afin d’oublier ce qu'ils ont vu dans leur vie souterraine. Plutarque dit qu’il y avait un autel à l'Erechthéion d’Athènes tandis qu’en Béotie il existait une source du Léthé. Aujourd'hui, une rivière qui s'appelle Lithaios - fils de Léthé -, mentionnée depuis le géographe Strabon au début du 1er siècle, traverse la ville de Trikala, en Thessalie, dans les eaux de laquelle serait né Esculape, le dieu de la médecine.

Le fleuve Léthé est représenté comme un vieil homme qui tient une cruche dans une main et une coupe dans l’autre, mais plusieurs des représentations modernes montrent la nymphe Léthé elle-même planant au-dessus des eaux du fleuve.

Villes: 
Personnes: 
Total de votes : 0