Le Dodécanèse

Catégorie: 
L'îlot de Kastri au large de l'île de Kos © GNTO
Carte du Dodécanèse

Dodécanèse (en grec Δωδεκάνησα Dodekanisa) signifie "les douze îles", composé des mots "dodeka" (δώδεκα / douze) et "nésos" (νήσος / île). Le nom de Dodécanèse apparaît pour la première fois vers le VIIe siècle et incluait aussi les îles Cyclades. Il désignait alors les douze îles qui entouraient le temple d'Appolon à Delos. Depuis, l'appellation a recouvré différents périmètres. L'ensemble des îles actuelles (sauf Rhodes et Kos mais incluant l'Icarie) s'appelant même Sporades du Sud jusqu'en 1908. Le terme Dodécanèse désignant les douze plus grandes îles de l'Egée du Sud-Est s'est figé durant l'occupation italienne qui avait récupéré les îles sur la Turquie en 1912.

Ce petit archipel se trouve au Sud-Est de la mer Egée. Les douze principales îles sont les suivantes (classées par ordre alphabétique) :

  • Astypalée (Αστυπάλαια / Astypalaia)
  • Calymnos (Κάλυμνος / Kalymnos)
  • Carpathos (Κάρπαθος / Karpathos)
  • Cassos (Κάσος / Kassos)
  • Castelorizo (Καστελόριζο / Kastelorizo)
  • Cos (Κως / Kos)
  • Leros (Λέρος)
  • Nissiros (Νίσυρος / Nissyros)
  • Patmos (Πάτμος)
  • Rhodes (Ρόδος / Rodos)
  • Symi (Σύμη)
  • Tilos (Τήλος)

Trois autres îles font également partie du Dodécanèse : Agathonissi, Halki et Leipsoi ainsi qu'une pléiade de petits îlots certains habités d'autres pas. On compte 197 îles et îlots de taille variée. Officiellement, selon un inventaire de 2006, il y avait 27 îles habitées, dont 18 sur une base régulière, pour une population d'un peu plus de 190.000 habitants (recensement de 2001) sur une surface de 2.579 km2.

Histoire

Bien qu'habité par les Grecs depuis l'antiquité, le complexe du Dodécanèse a été maintes fois occupé par les étrangers au cours de sa longue histoire. Les Crétois étaient déjà présents à Rhodes lorsque les Grecs du Péloponnèse ont établi les premières colonies vers 1400 av. J.-C. : les premiers à s'y installer furent les Achéens de Mycènes, suivis des Doriens d'Argos, tandis que les Ioniens se sont établis sur les îles de Leros et Patmos. A partir de là, ils se sont étendus en Asie Mineure mais aussi de l'autre côté de la Méditerranée, en Sicile.

Nous avons témoignage d'un premier groupement entre les trois grandes villes de Rhodes (Rhodos, Lindos et Kamidos) avec Cos (Kos), Cnide et Halicarnasse (Alikarnassos) sous le nom d'Alliance Dorienne au VIe siècle av. J.-C. Malgré leur groupement, les villes seront soumises par les Perses lors de leur incursions dans la région. Libérées par la flotte athénienne elles feront partie de l'Alliance athénienne jusqu'à la fin de la guerre du Péloponnèse qui sur le continent oppose Athènes et Sparte. Rhodes s'est développée en un important centre commercial et culturel dont la réputation a été conservé jusqu'à l'avènement de l'Empire romain (IVe-IIIe av. J.-C.).

A la scission de l'Empire romain, les îles du Dodécanèse font partie de l'Empire byzantin et subissent l'invasion de tous les prétendants dans la région (Perses, Arabes, Vénitiens, Génois) jusqu'en 1204 où elles succombent aux Croisés en même temps que Constantinople. Par la suite, elles deviennent objet des tractations entre les barons français de la 4e Croisade et les Vénitiens qui récupèrent ainsi le Dodécanèse en échange de l'aide apportée aux Croisés. Au cours des guerres avec les Turcs au 17e siècle, Venise perd les îles au profit de l'Empire ottoman. La population disposant d'une relative autonomie sous l'Empire ottoman, accompagnera cependant la révolte des Grecs pour la Liberté. Malgré cela, les Italiens ne renoncent pas à leurs ambitions dans la région ; ainsi, en 1911, ils engagent une guerre contre la Turquie et, en 1912, vainqueurs, ils reviennent sur le Dodécanèse. Ils se retireront définitivement en 1947, lorsque l'Italie, perdante, cette fois, dans la 2e guerre mondiale, se voit obligée de rendre les îles à la Grèce.

Division administrative

Administrativement, Le Dodécanèse forme le nôme (préfecture) du même nom et a pour capitale la ville de Rhodes, capitale également de l'île de Rhodes. Ensemble avec les Cyclades forment la Périphérie (région administrative) de l'Egée du Sud. Le Dodécanèse est, lui-même, divisé en quatre éparchies (sous-préfectures) : celles de Rhodes ; de Cos, comportant les îles Nissyros, Tilos et Symi ; de Karpathos-Cassos ; et de Kalymnos, avec les îles de Leros, Leipsoi, Agathonisi, Patmos, Astypalaia et Arkoi.

Transports

Rhodes est le port principal, cependant le port de Cos est aussi relativement bien équipé pour l'accueil des grands bateaux.

Les ports de Rhodes, Cos, Kalymnos, Leros et Patmos, sont reliés par ferry au Pirée, Rafina et Thessalonique et des plus petits bateaux assurent des liaisons non régulières avec des îles et ports voisins, et des liaisons commerciales avec d'autres villes de la Méditerranée et notamment avec la Turquie voisine. Le trajet depuis Le Pirée dure entre 15 et 30 heures selon le type d'embarcation, le nombre d'escales et la destination finale.

Rhodes et Cos disposent d'aéroports accueillant, en plus des vols nationaux, des vols internationaux. Les plus petits aéroports de Cassos, Castelorizo, Leros et Astypalaia, complètent l'infrastructure aéroportuaire de Dodécanèse.

Economie et Société

Le commerce représente 40% de l'économie du Dodécanèse, tandis que 20% des entreprises ont pour objet le tourisme (hôtellerie et restauration) et 14,75% appartiennent dans le secteur de la transformation. Chaque île a développé une économie particulière en fonction de sa géographie et de la morphologie physique. Ainsi, sur les grandes îles où on trouve des terres cultivables, l'agriculture s'est développée, tandis qu'ailleurs, et notamment à Kalymnos, la population s'est spécialisée dans la pêche des éponges.

Quatre hôpitaux généralistes, ceux de Rhodes, de Cos, de Kalymnos et de Leros, assurent les besoins en soins de la population du Dodécanèse.

Tourisme

Rhodes en tête, le Dodécanèse est une des destination préférées des touristes étrangers, particulièrement prisé des Allemands et des Brittaniques ; c'est aussi la destination préférée des Grecs qui occupent la 3e place du podium. On compte quelques 1,4 millions d'arrivées annuelles en moyenne et plus de 16 millions de nuitées (statistiques 2001).

Sur le plan des antiquités, trois sites se distinguent dans les îles : celui de Lindos avec son Acropole, l'ancienne ville de Kameiros et l'Asclépiéion sur l'île de Kos, sanctuaire qui servit d'Hôpital à Hippocrate, père de la médecine.

Les îles du Dodécanèse se démarquent par leurs belles plages, et un riche patrimoine culturel. Leur développement touristique permet aujourd'hui d'offrir des infrastructures et des services adéquats.

Rhodes est connue pour sa vieille ville aux vestiges médiévaux - patrimoine culturel de l'UNESCO depuis 1988 -, et les promenades dans les rues pavées vous plongent à l'époque des Chevaliers. A voir également, le Palais du Grand Maître et le musée archéologique de la ville. Aux alentours, quelques 200 églises médiévales sont des attractions à ne pas manquer avant de visiter la Vallée des Papillons où les lépidoptères s'installent par millions entre Juin et Septembre.

Kos, cosmopolite et animée, s'offre aussi pour les vacances en famille avec ses magnifiques plages et son réseau de pistes cyclables qui rappellent que le maintient de la forme est une composante essentielle de la santé, même si c'est une évidence dans cette patrie d'Hippocrate, père de la médecine.

La beauté sauvage de Kalymnos enchantera même les plus exigeants et les amateurs de vacances alternatives. Sites à visiter : l'église byzantine de Panagia Charitomeni avec son célèbre temple en bois ainsi que le Grand Château.

Mais à Dodécanèse, chacune des îles a ses trésors cachés. Ainsi, Pserimos et Telendos, des destinations pour des vacances de détente ; Karpathos et son folklore, Leros l'île mythique de la déesse Artémis, Patmos l'île où Saint Jean a écrit l'Apocalypse - site faisant également partie du patrimoine de l'UNESCO.

Région: 
Total de votes : 0

Articles similaires