Stou Papalambrou tin avli (Papalambraina)

Στου Παπαλάμπρου την αυλή (Παπαλάμπραινα)
Style musical: 
Danse: 

Ce chant qui conte les malheurs du père Lambros victime de bandits qui sévissaient en Grèce dans les décennies qui suivirent la constitution du nouvel Etat grec au début du 19e siècle, est chanté et dansé principalement en Grèce continentale. Thessalie, Péloponnèse, Epire ou Roumélie (Sterea Ellada) se disputent comme il se doit les origines de la chanson. Mais la version du Morée (Péloponnèse) semble l’emporter. Cependant, on ne danse pas le tsamikos dans le Péloponnèse mais le kalamatianos. Or la chanson est au rythme de tsamikos, danse propre à l’Epire et la Thessalie. La dispute des régions n’est pas prête de s’éteindre.

Ce serait donc dans le village de Romyri dans la province de Pylia que le père Lambros, aussi proche des affaires du ciel en tant que prêtre de la paroisse que riche dans ses occupations terrestres de grand propriétaire agricole, a suscité la jalousie d’un de ses concitoyens. Ce dernier s’arrange avec une bande de voleurs qui sévissait dans la région lesquels débarquent à 40 dans le village et se cachent dans les alentours. Deux d’entre eux s’invitent chez le pope feignant vouloir acheter un des veaux qu’il avait mis en vente. Comme il se faisait tard, notre Lambros offre son hospitalité à ses clients, mais ceux-là à minuit, alors que tout le monde dormait, ont envoyé un signal au reste de la bande qui débarque chez le pope et se met à chercher l’argent, les bijoux et toute chose précieuse qu’ils pourraient emporter. Mais, c’était sans compter sur Panagiota, la fille du pope, qui s’échappa de la maison, appela au secours ses cousins et réveillât tout le village. Tous les villageois ont accouru pour défendre leur prêtre ; quant aux bandits, paniqués par tout ce monde qui accourait armé chez le pope, ils ont pris bredouilles la fuite. Les faits se seraient produits en 1860.

Στίχοι τραγουδιού: 

Στου Παπαλάμπρου την αυλή

Στου Παπαλά, Παπαλάμπραινα,
στου Παπαλάμπρου την αυλή,
στου Παπαλάμπρου την αυλή,
είναι μια μάζεψη πολλή.

Κ' αν ο παπάς, Παπαλάμπραινα,
κ' αν ο παπάς είν’ άρρωστος,
κ' αν η παπαδιά πεθαίνει,
Παπαλάμπραινα καημένη.

Ούτ’ ο παπάς, Παπαλάμπραινα,
ούτε ο παπάς είν’ άρρωστος,
ούτ’ η παπαδιά πεθαίνει,
Παπαλάμπραινα καημένη.

Οι κλέφτες, τους, Παπαλάμπραινα,
οι κλέφτες τους εγδύσανε,
οι κλέφτες τους εγδύσανε,
και τα λεφτά ζητήσανε.

Μια λυγερή, Παπαλάμπραινα,
μια λυγερή εφώναξε,
μια λυγερή εφώναξε,
τους κλέφτες, τους εφώναξε.

Τρέξε Γιωργά, Παπαλάμπραινα,
Τρέξε, Γιωργάκη ξάδερφε,
τρέξε, Γιωργάκη ξάδερφε,
οι κλέφτες μας εκάψανε.

Paroles (translittération) :

Stou Papalámprou tīn av̱lī́ (Papalámpraina)

Stou Papalá, Papalámpraina,
stou Papalámprou tīn av̱lī́,
stou Papalámprou tīn av̱lī́,
eínai mia mázepsī pollī́.

K' an o papás, Papalámpraina,
k' an o papás eín’ árrōstos,
k' an ī papadiá pethaínei,
Papalámpraina kaīménī.

Oút’ o papás, Papalámpraina,
oúte o papás eín’ árrōstos,
oút’ ī papadiá pethaínei,
Papalámpraina kaīménī.

Oi kléftes, tous, Papalámpraina,
oi kléftes tous egdýsane,
oi kléftes tous egdýsane,
kai ta leftá zītī́sane.

Mia lyyerī́, Papalámpraina,
mia lyyerī́ efṓnaxe,
mia lyyerī́ efṓnaxe,
tous kléftes, tous efṓnaxe.

Tréxe Yiōrgá, Papalámpraina,
Tréxe, Yiōrgákī xáderfe,
tréxe, Yiōrgákī xáderfe,
oi kléftes mas ekápsane.

Total de votes : 2

Ajouter un commentaire

Vous êtes actuellement un utilisateur non vérifié de notre site. Si votre contenu est conforme à nos règles et en rapport avec l'objet du site, il sera publié après examen par nos modérateurs. Connectez-vous ou enregistrez-vous auparavant pour avoir un accès complet et être averti en cas de commentaire ou de réponse à vos messages. Les contenus des utilisateurs identifiées obtiennent en général un meilleur taux de réponses.

Inscrivez ici votre nom spm ;)