De nombreux Grecs ont préféré la reconversion à l'exil

REPORTAGE - À l'instar de Kostas et de Tina, certains citoyens se sont reconvertis dans le secteur du tourisme, souvent jugé comme le seul moteur viable de l'économie grecque.

En dix années de crise économique, plus de 500.000 Grecs en quête d'un avenir meilleur ont choisi d'émigrer, en France, en Allemagne, au Qatar ou aux États-Unis. Cette fuite massive des cerveaux touche toutes les catégories socioprofessionnelles, ingénieurs diplômés, médecins séniors ou chefs de chantier experts en grands travaux.

Mais ces toutes dernières années, une nouvelle tendance s'affirme. Le tourisme bat tous les records, avec 32 millions de visiteurs attendus cette année. Nombreux sont les Grecs à se reconvertir dans ce secteur, souvent jugé comme le seul moteur viable de l'économie.

«Ce n'est pas la même façon d'enseigner mais c'est enthousiasmant : il faut expliquer aux touristes ce qu'est une visite hors des sentiers battus»

Kostas Iakoumidis , ancien professeur de mathématiques reconverti dans le tourisme

Kostas Iakoumidis en est un exemple parlant. À 40 ans, ce professeur de mathématiques n'arrivait plus à joindre les deux bouts...

Ajouter un commentaire