Comment Tsipras a abjuré le charlatanisme

Accolade. Emmanuel Macron et Alexis Tsipras à l'Élysée, le 24 novembre. Le Premier ministre grec était à Paris pour recevoir notamment le prix du Courage politique, décerné par la revue « Politique internationale» © Anadolu Agency/AFP

Accolade. Emmanuel Macron et Alexis Tsipras à l'Élysée, le 24 novembre. Le Premier ministre grec était à Paris pour recevoir notamment le prix du Courage politique, décerné par la revue « Politique internationale» © Anadolu Agency/AFP

Nous recevant dans un hangar désaffecté du Pirée, en pleine négociation sur le renouvellement du contrat des dockers, l'influent syndicaliste souhaite garder l'anonymat afin de ne pas envenimer ses relations avec les nouveaux propriétaires chinois du port « qui sont communistes chez eux, mais se comportent comme des capitalistes à l'étranger ». D'ailleurs, il bouillonne encore de rage à l'évocation de la « trahison » commise par le camarade Alexis Tsipras en privatisant le port, en 2016.

« Vingt jours avant que le chef du gouvernement annonce la vente à la société d'État chinoise Cosco, le...

Ajouter un commentaire