Grèce: polémique sur la permission du chef opérationnel du groupe extrémiste 17-N

Le chef opérationnel du groupe d'extrême gauche "17 Novembre" (17-N), Dimitris Koufontinas, sort de prison pendant une permission à Athènes, le 9 novembre 2017

Athènes - Une permission de sortie accordée au chef opérationnel du groupe d'extrême gauche 17 Novembre (17-N), responsable de 23 assassinats entre 1975 et 2000, a provoqué jeudi un tollé en Grèce, la classe politique et jusqu'à l'ambassadeur des Etats-Unis dénonçant cette décision.

Dimitris Koufontinas, qui s'était rendu en septembre 2002, deux mois après l'arrestation de la plupart de ses camarades, a obtenu cette première permission en quinze ans, pour 48 heures, alors qu'il est sous le coup de onze condamnations à perpétuité. 

Il doit se présenter deux fois par jour au commissariat de son domicile à Varnavas, à environ 50 km d'Athènes. 

Cet ancien mathématicien et apiculteur est sorti souriant de la prison de Korydallos, vers 10h00 GMT (midi en Grèce) selon des images diffusées en direct par la télévision. 

Il a étreint quelques amis, mais n'a fait aucune déclaration. 

"Toute permission accordée à Koufontinas est incompréhensible, non seulement pour les actions atroces commises contre la démocratie mais aussi parce qu'il ne s'est pas...

Ajouter un commentaire

Articles similaires