La Grèce « accepte » finalement la participation du FMI dans son nouveau plan de sauvetage

Après quelques semaines d'hésitation, le rôle du fonds monétaire international (FMI) dans le nouveau plein d'aide à la Grèce est bel et bien accepté par Athènes. Le ministre grec des finances, Euclide Tsakalotos,« m'a confirmé que le gouvernement grec accepte la nécessité que le FMI fasse partie du processus », a déclaré le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, avant une réunion des ministres des finances des 19 pays de la zone euro à Bruxelles. M. Dijsselbloem, qui a rencontré M. Tsakalotos mardi, a ajouté :

« Il était absolument clair pour lui que cela faisait partie de l'accord cet été (?). C'est très important pour beaucoup de pays. Il accepte complètement cela. »

Le 7 décembre, le premier ministre grec, Alexis Tsipras, avait pourtant martelé que la participation du fonds au nouveau plan d'aide n'était, selon lui, « pas nécessaire ».

La relation entre Athènes et le FMI est ambivalente. L'institution mondiale plaide pour un nouvel allégement de la dette publique grecque détenue par les créanciers - allégement également souhaité par M. Tsipras mais dont certains Européens, en particulier l'Allemagne,...

Ajouter un commentaire