Sur le dossier grec, DSK suggère «d'apprendre de ses erreurs»

Dominique Strauss-Kahn suggère que «la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques Crédits photo : Michel Spingler/AP

Dominique Strauss-Kahn suggère que «la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques Crédits photo : Michel Spingler/AP

L'ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, qui était aux commandes au début de la crise grecque est sorti samedi de son silence pour appeler les Européens à accepter une suspension temporaire des paiements d'Athènes. L'ancien ministre des Finances fait cette proposition dans une déclaration de trois pages en anglais et en français, intitulée «Apprendre de ses erreurs» et postée par l'intermédiaire de son compte twitter, alors que la Grèce n'a jamais été aussi proche du défaut de paiement depuis la rupture des négociations samedi avec ses partenaires de la zone euro.

Il suggère que «la Grèce ne reçoive plus aucun financement nouveau de la part de l'Union européenne comme du FMI mais qu'elle bénéficie d'une très large extension de la maturité et même d'une réduction nominale massive de sa dette à l'égard des institutions publiques». Les pays européens se sont toujours opposés à un tel allègement de la dette grecque qu'ils détiennent. «Cela libérera la Grèce de toutes ses obligations envers le secteur officiel (institutions officielles) pour les deux prochaines années», poursuit celui qui avait participé aux premières discussions...

Ajouter un commentaire

Articles similaires