Ultimes pressions de l'Europe sur la Grèce

Vendredi 19 juin, la Banque centrale européenne a renforcé son soutien aux banques grecques en attendant le sommet européen extraordinaire de lundi.

Vendredi 19 juin, la Banque centrale européenne a renforcé son soutien aux banques grecques en attendant le sommet européen extraordinaire de lundi.

Veillée d'armes dans la zone euro. Lundi 22 juin doit se tenir un conseil extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement à Bruxelles pour tenter d'éviter le pire en Grèce. C'est-à-dire un défaut de paiement aux conséquences imprévisibles. En attendant ce nouveau « sommet de la dernière chance », l'Europe a décidé, vendredi, de maintenir hors de l'eau la tête des banques grecques, fragilisées par les sorties de capitaux, sinon massives, du moins très régulières, auxquelles se livrent les Grecs.

Mais les « partenaires » de la Grèce ont aussi maintenu la pression sur le gouvernement d'Alexis Tsipras, certains responsables européens indiquant que les ministres de la zone euro (Eurogroupe), qui se réuniront lundi avant le Conseil européen,plancheront sur le scénario d'un défaut de la Grèce. « Nous nous rapprochons du point où le gouvernement grec va devoir choisir entre accepter ce que je pense être une bonne proposition des créanciers ou aller droit vers le défaut de paiement », a prévenu Donald Tusk, président du Conseil européen, vendredi 19 juin au soir.

Postures

Le ton est grave, l'heure aussi. Ces rendez-vous vont-ils enfin permettre au...

Ajouter un commentaire

Articles similaires